Aurélien Jarril : "Le congé solidaire ? Une ouverture sur le monde qui m’a permis de relativiser sur mon quotidien"

-Quelques mots sur ton parcours professionnel?  
A.J : « J’ai fait un BTS Négociation et Relations Clients alternance en Bretagne puis je suis parti une année en voyage (Australie, Thaïlande, Indonésie, Dubaï). Quand je suis revenu j’ai commencé ma carrière en tant que commercial terrain. L'envie de découvrir une autre région et, je l'avoue, mon goût pour le soleil, la mer et la montagne m'a fait migrer vers le Sud à Nice, où l'entreprise Hilti m’a recruté sur un poste de Business Developer. Cela fait aujourd'hui quatre ans que j’occupe ce poste, quatre années de belles réussites pour moi. Depuis janvier, je m’occupe du secteur de Monaco » 

-Quelle était ta mission exactement ?  
A.J : « Ma mission consistait à collecter des informations sur le parc Campo-Ma’an concernant la végétation, le sol et l’hydrographie au Cameroun. Je devais aussi identifier les animaux présents dans le parc, relever leurs indices de présence puis décrire leurs activités. Les données collectées étaient ensuite transmises au service de conservation afin qu’ils puissent réaliser leur mission de protection de faune. »  

-Pourquoi tu t’es lancé dans cette aventure ? 
A.J : « C’était l’occasion de découvrir une nouvelle façon de voyager et en apprendre plus sur l'écosystème ! »  

-Qu'est-ce que tu recherchais en te lançant dans cette aventure ? 
A.J : « Une nouvelle vision du monde dans lequel on vit. Je voulais me confronter à un environnement que je ne maitrisais pas et à une culture différente. Cette aventure était aussi l’opportunité de contribuer à mon petit niveau à la protection de la faune et la flore »  

-Qu'est-ce que tu pensais apporter ? 
A.J : « Un regard extérieur afin d’apporter de nouvelles propositions. En effet je voulais mettre à profit mon expérience au sein d’Hilti, en proposant des nouvelles initiatives pour le bon déroulé de la mission. J’étais prêt à m’investir dans les tâches quotidiennes demandées qu’elles soient physiques ou non. Je pensais également apporter la persévérance dont je dois faire preuve au quotidien dans mon métier. »  

-A quoi est-ce que tu t'attendais ? 
A.J : « A une expérience relativement difficile physiquement mais enrichissante et humaine. C’était un défi d’aller vivre dans la jungle et de changer radicalement de mode de vie. Cette aventure m’a renforcé, j’ai su m’adapter à cette vie, à surmonter ce quotidien parfois difficile. Je ne me suis jamais senti aussi proche de la nature et des personnes qui m’entouraient.  » 

-Qu'est-ce que ce projet représentait pour toi ? 
A.J : « Une façon différente d’aborder le monde, de "mettre ma pierre à l'édifice". C’était vraiment une fierté personnelle d’accomplir cette mission et c’était l’opportunité de "voyager autrement". » 

-Une phrase pour résumer ton expérience ?  
A.J :« Une ouverture sur le monde qui m’a permis de relativiser sur mon quotidien. »  

-Qu’est-ce qui a été le plus enrichissant ?  
A.J : « Rencontrer un mode de vie à l’opposé de mon quotidien. Je suis vraiment sorti de ma zone de confort, et cette immersion dans la jungle restera une expérience bouleversante. J’en ressort changé. Cela m’a apporté une plus grande ouverture d’esprit. Une compréhension du monde qui nous entoure et une acculturation sur le fonctionnement de la faune et la flore en parc naturel.  » 

-Ce qui a été le plus difficile ?  
A.J : « Pendant les 8 jours dans la jungle nous avions peu de moyens nous dormions sur le sol et il n'y avait pas d'eau courante. »  

-Est-ce que tu repartirais ?  
A.J : « Complètement !! C’est le meilleur moyen de "voyager autrement" et de s’imprégner de la culture du pays. Je recommande cette expérience 1000 fois ! »